Musique et flûte à bec

« La musique est une loi morale. Elle donne une âme à nos coeurs, des ailes à nos pensées, un essor à l’imaginaire. Elle donne du charme à la tristesse, à la gaieté, à la vie, à toute chose. Elle est l’essence du temps et s’élève à tout ce qui est de la forme invisible et cependant éblouissante et passionnément éternelle. » Platon

Je suis tombé sur cette citation en lisant brièvement un numéro d’Art Thérapie, le magazine. Entre 2 bouquins sur le bouddhisme et la vie de chrétiens partis s’exiler dans le désert égyptien au IVème siècle. 

 


Ci-dessus deux chansons maladroites enregistrées avec une guitare, un shure 58 et une mbox mais le matos maintenant tout le monde s’en fout début août avant un voyage qui s’avèrera « final » en Australie. Au moins c’est authentique. J’ai tenté de m’échapper depuis bien longtemps déjà. Ce n’est pas la grisaille de la vie parisienne. la violence des rapports humains ici, l’absence d’horizon(s), de nature que je fuis, cherche à fuir, mais plutôt mon identité liée à ma nationalité. J’ai parfois honte d’être français. Oui. Honte. J’ai de plus en plus de mal à vivre dans un pays où l’on promeut le jeu social au point où il y a tous les jours des dommages collatéraux, où le mensonge est presque devenu une valeur, la pseudo liberté sexuelle (ménage à 3 c’est un truc des films des années 1970 non?), des positions archaïques, un élitisme intellectuel insupportable mais de bon ton en France, une politique de la peur, du pire. Oui mais il y a toujours pire. Où est la place pour les sensations, l’organique, le rêve, l’orgasme?

20051099P

Si je reviens à la musique deux minutes, dans ma génération on est nombreux à avoir été dégoûté par la flûte à bec. Les cours à jouer des airs à te faire détester la musique et à perdre confiance en soi. Quelle connerie. Merci l’éducation nationale. La France comme je l’ai souvent dit à mes élèves de FLE c’est les films et la littérature pas la musique car hormis Gainsbourg et les yéyé je sais pas ce qu’on a exporté. Quand on sait qu’en Suède les gamins par exemple choisissent leur instrument et j’en passe…

Des musiciens talentueux j’en connais beaucoup. Qui écrivent de belles chansons. Oui on sait tous qu’y a un problème de monétisation de la musique mais qu’est ce qu’on s’en fout ? Qui s’en fout vraiment. Un label, un contrat, une maison de disque, ça fait plus rêver. Faire de la musique, comme l’explicite très bien Dave Grohl à la fin de Soundcity, faire de la musique c’est juste une bande de pote qui exprime la même chose et se prenne pas la tête. Si on revient à l’essentiel. faire du bruit, faire du son, des vibrations, c’est s’exprimer, se faire entendre, prendre sa place, de la place dans la société. La France voudrait nous assujettir au silence de nos âmes et de nos notes. Par son absence d’infrastructure, son manque d’espace. Encore qu’on pourrait me contredire sur le sujet.

soundcity

Peu importe, j’avais envie d’écrire. De l’anxieux General Bye Bye partout et nulle part je prends le parti pris de celui qui ne veut plus se poser de questions et de laisser les blessures amoureuses et autres, les joies, les pensées prendre des formes musicales, de la forme. J’étais donc hier matin à L’Institut National d’Art Thérapie. Il y a des choses intéressantes mais on est tellement dans du verbiages qu’on se demande si ces gens ont même jamais pris du plaisir à faire de la musique, seul ou avec les autres ou des choses ou si c’est juste de la masturbation intellectuelle. Qu’on ne se méprenne pas, je suis à fond actuellement à vouloir exploiter les vertus thérapeutiques de la musique avec le kantélé. Mais la musique, c’est ni plus ni moins que l’extension de la société, c’est comment vivre ensemble. Pourquoi faire? Dans quel but? Co-habiter. Habitater. De l’espace. Du temps. Du fun. Merde quoi. De l’humain. Je fais ma route. Et y a des potes qui rappliqueront à un moment, ou des sons, des ordinateurs, des bruits. En tout cas la musique est toujours plus belle et meilleure quand elle est partagée. Et des groupes de changer ta vie. Pour moi ça a été Blonde Redhead, The Ex, Erik Satie, Ravel, Debussy, le Kronos Quartet, Arvo Pärt. Bref replaçons la musique. Évitons la saturation. La musique au Monoprix. La radio. La télé. Éteignons les machines et resserons nous les coudes et prenons les guitares ou le kantélé en ce qui me concerne. Remonte/remontons à cheval.

Allez salut la Frustration.

Philippe


Categories: Text & Lyrics

There is one comment

Post Your Thoughts